NOUS SUIVRE
18/05/2016

L’Astroturfing c’est quoi?

L’Astroturfing consiste à simuler un mouvement d’opinion populaire là où il n’en existe aucun. Il s’agit, ni plus ni moins, de mettre en scène une foule imaginaire. Cette pratique n’a pas attendu internet pour se développer, dans le monde politique, tout d’abord Richard Nixon faisait ainsi envoyer en masse par son cabinet des lettres chantant les louanges de sa politique au ‘courrier des lecteurs’ des principaux médias américains; mais on trouve également de l’Astroturfing dans le marketing: l’industrie du tabac est ainsi coutumière de ce type de pratique, créant de toutes pièces des associations fantoches censées défendre le droit de ses consommateurs.

Tout cela date de Mathusalem, ou presque : dans Julius Caesar, William Shakespeare met en scène un Cassius faisant parvenir de multiples missives censées émaner de différents citoyens romains: celles-ci expriment leur hostilité envers Caesar à Brutus, dans le but d’inciter ce dernier à participer au coup d’Etat initié par l’assassinat de l’empereur.

Comment ça marche ?

Il existe de nos jours une panoplie d’outils permettant de faire croire à un mouvement de masse sur internet. Commençons par la plus simple : l’achat de fans.

Connu de tous les professionnels du marketing en ligne, l’achat de fans consiste à payer un prestataire qui fera apparaître ‘comme par magie’ un grand nombre de fans sur votre page Facebook. Si l’annonceur ne comprend pas grand chose au web social, cela peut servir à remplir des ‘objectifs’ et à atteindre un SocialROI qu’on aura pris soin de biaiser au préalable.

On évoquera également au passage « l’échange de fans », qui consiste à participer à des plateformes en ligne vous proposant de liker une multitude de pages et – de façon proportionnelle – votre page à cliquer à d’autres participants (la rémunération de la plateforme se faisant souvent par le biais d’une proportionnalité qui n’est pas de 1:1 et permettant ainsi de ‘vendre’ du like sur le différentiel).

Par contre question efficacité, il n’y a pas grand chose à attendre de tels trucages, au mieux, on espérera déclencher un effet d’engouement en attirant de véritables fans par le biais du « bandwagon effect » , un phénomène bien connu des sociologues, particulièrement exacerbé dans les dynamiques sociales de foule qui prennent place sur internet. Car les caractéristiques de la foule sur internet, si elles ne sont pas sans rapport avec ce que la sociologie a observé jusqu’ici, ont des particularités surprenantes, dont il est aisé de tirer parti en vue de les manipuler, pour peu que l’on sache ce que l’on fait.

En marketing, la technique est également utilisée, quoi de plus facile pour écraser la visibilité du concurrent ? Ainsi quelques affaires de grande ampleur ont éclaté dans la téléphonie avec l’attaque de Samsung sur HTC. En France, des affaires de « faux contributeurs » ont été mises à jour sur Médiapart, le Figaro, les Echos, le Huffington Post et Economie Matin. Des agences de communication ou des startups ambitieuses ayant créé des personnages ou des journalistes de toutes pièces avec compte Facebook, profil Linkedin et CV fictif ont été épinglés par les internautes.

Un article qui laisse entrevoir que la manipulation existe bien… Suivez ce LE LIEN

 

 

 

Fermer

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour fournir des services et des offres adaptées à vos intérêts. En savoir plus Cliquez ici