NOUS SUIVRE
19/08/2015

Snapchat c’est quoi ?

Connaissez-vous Snapchat? Cette application pour envoyer des photos et des vidéos qui s’autodétruisent se hisse régulièrement dans les tops des applis les plus téléchargées, aux côtés de WhatsApp et consorts.

Snapchat, l’appli qui plaît aux ados et aux amateurs de sextos…

“Ce message s’autodétruira dans 10 secondes”. L’avertissement que l’on retrouve dans tout bon “Mission Impossible” pourrait aussi être le slogan de l’appli du moment: Snapchat. Deux ans après son lancement, cette application de partage de photos et de vidéos éphémères a séduit les adolescents et les amateurs de sms coquins.

Lancée en septembre 2011, Snapchat a été pensée comme “une façon différente de communiquer avec ses amis, plus personnelle, mais surtout beaucoup plus amusante”. Ça, c’est pour la description qu’en font ses créateurs, Evan Spiegel et Bobby Murphy, deux étudiants de Stanford de moins de 25 ans que Forbes considère comme de petits Zuckerberg en devenir. Ils se sont permis de refuser une offre d’achat de 3 milliards de dollars, trois fois plus qu’Instagram, de la part de Facebook. Ils auraient ensuite décliné 4 milliards de Google. L’équipe de Snapchat pense que son succès peut lui rapporter encore plus gros. Selon les derniers chiffres dévoilés par la société, 200 millions de « snaps » sont envoyés chaque jour. dans la vaste typologie des clichés échangés furtivement entre les utilisateurs, le « sexting » figure sur la plus haute marche du podium.

Les ados en première ligne

Sans enregistrement, plus de crainte, et les 13-25 ans, le cœur de cible de l’application, n’hésitent plus à se montrer sous toutes les coutures. Snapchat, c’est l’anti-Instagram, le contraire du life-logging (littéralement, l’archivage de sa propre vie) vanté par les réseaux sociaux. Au serment d’éternité, l’application répond par l’urgence du présent, et c’est d’ailleurs l’avis de son fondateur et patron, Evan Spiegel : « Il s’agit moins d’avoir l’air cool ou attirant, et bien plus de dire où vous êtes, ce que vous faites, ce que vous ressentez. Il s’agit de discuter et de s’échanger des messages plutôt que de se mettre en scène […] L’éphémérité devrait être une notion par défaut. »

Comment ça marche ?

Snapchat fut l’une des premières messageries éphémères. Elle permet l’envoi de photos, vidéos et dessins à un ou plusieurs contacts. Ces derniers peuvent visualiser les contenus durant 10 secondes maximum. Ce que vous partagez via l’appli n’est pas enregistré. Voilà pourquoi la majorité des utilisateurs osent poster des images qu’ils ne publieraient jamais sur d’autres réseaux sociaux ou même par email. Avec le temps, les équipes de Snapchat ont su faire évoluer leur service par petites touches. Outre l’envoi de médias destructibles, les utilisateurs peuvent désormais soigner leur profil personnel baptisé Story, chatter avec leur amis et même entamer des conversations vidéo.

Comment l’utiliser correctement?

Tout d’abord, vous devez créer un compte. Renseignez votre email, un mot de passe puis choisissez un nom d’utilisateur: vous voici prêt à envoyer des photos qui s’autodétruisent. Notez tout de même que vous ne pouvez partager du contenu qu’avec vos contacts déjà inscrits sur Snapchat. Vous les retrouvez dans le carnet d’adresses de l’application.

L’étape suivante consiste à prendre des photos. Vous avez la possibilité d’enregistrer la photo dans la mémoire du téléphone et d’y ajouter des annotations avant de la publier. Enfin, c’est à vous de définir le temps de consultation du média, entre une et dix secondes. La photo peut être envoyée à un ou plusieurs contacts. Une fois le média arrivé à bon port, vos amis peuvent attendre avant d’ouvrir ce message à retardement. Dès que le fichier est ouvert, le compte à rebours démarre. Une fois le temps écoulé, Snapchat supprime définitivement l’image. Seule trace de son passage: un avis de réception du message avec le destinateur et la date d’envoi. Et si le destinataire n’ouvre pas le message? Au bout de 30 jours, Snapchat l’efface du serveur.

L’appli du droit à l’oubli

Selon les derniers chiffres de Snapchat, chaque jour 200 millions d’images fantômes sont envoyées via l’application (c’est quatre fois plus que le nombre d’images publiées quotidiennement sur Instagram). Parmi celles-ci, des instantanés de tout et n’importe quoi, des “coucou” entre amis, mais aussi des photos compromettantes et “not safe for work” (c’est-à-dire “à ne pas regarder sur son lieu de travail”).

Snapchat a d’abord séduit les jeunes adultes. Ceux qui ne lâchent jamais leur smartphone et communiquent en permanence avec leurs amis. Mais l’appli s’adresse surtout à ceux qui ont compris que les images compromettantes peuvent leur gâcher l’existence. “C’est pour s’envoyer des photos “dossiers”, des photos de soirées… Le genre d’images qu’on a pas envie de voir sur son profil Facebook le lendemain ! Quand on sait qu’un jeune sur dix s’est vu refuser un emploi à cause des contenus qu’il publie sur les réseaux sociaux, cette précaution ne semble pas superflue. Le principe de Snapchat c’est le droit à l’oubli sur les réseaux sociaux.

Comment expliquer le succès de Snapchat outre-Atlantique?

Le succès de l’application Snapchat repose sur trois principes: « Une image vaut mieux que mille mots », « Profiter de l’instant présent » et « Rien n’est éternel ». Les jeunes du monde entier semblent pour l’instant apprécier le concept. Le fait de ne pas pouvoir conserver facilement les photos ne semble pas frustrer les utilisateurs de ce service. Au contraire, Snapchat plaît car la communication sur le réseau est éphémère. Et c’est bien cet aspect éphémère de l’appli qui permet à des milliers d’utilisateurs de s’adonner au sexting…

Le sexting, c’est quoi? Quel est le rapport avec une appli mobile?

Nous l’avons vu, Snapchat est une solution pour envoyer des images à la durée de vie limitée. Les utilisations possibles de cette appli sont nombreuses, mais le fait est que beaucoup d’inscrits à Snapchat utilisent le service pour s’échanger des images érotiques ou à caractère pornographique, des pratiques communément désignées par le terme sexting. Au-delà de toute considération éthique ou juridique, il est difficile de fermer les yeux sur cette pratique en augmentation qu’est le sexting. Même si l’éditeur a bien tenté de minimiser le phénomène dans un entretien, cette pratique est en réalité l’une des clés du succès de Snapchat.

Disparues à tout jamais?

Photo innocente ou compromettante… quel que soit le type de contenu, une question se pose: les photos de Snapchat disparaissent-elles vraiment à tout jamais? La réponse est non. Cela est d’ailleurs explicité dans les conditions d’utilisation de l’application : “Il pourrait exister des moyens d’avoir accès aux “snaps” lorsque les images sont en stockage temporaire sur les appareils des destinataires, prévient Snapchat. Vous ne devez pas utiliser Snapchat pour envoyer des messages si vous voulez être certain que le destinataire ne puisse en faire une copie.”

Ces “moyens” dont parle Snapchat existent bel et bien. Il y a tout simplement la capture d’écran: la manipulation est possible lorsque le délai avant l’autodestruction est de 10 secondes, bien plus complexe lorsque la photo apparaît seulement 3 secondes.

Mais ceux qui veulent vraiment récupérer les images reçues via Snapchat peuvent toujours bidouiller leur téléphone. En effet, chaque image envoyée via Snapchat est temporairement enregistrée dans la mémoire du téléphone sous forme de fichier caché avant qu’elle ne soit ouverte dans l’application. La marche à suivre pour mettre la main sur ces fichiers est expliquée dans de nombreux tutoriels en ligne. Il existe même des applications Android pour les enregistrer et un site répertoriant ces « fuites » (snapchatleaked.com). Les petits malins n’oublient rien.

Sources : leblogducommuniquant, huffigtonpost.fr, tempsreel.nouvelobs.com, telerama.fr, articles.softonic.fr

 

Fermer

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour fournir des services et des offres adaptées à vos intérêts. En savoir plus Cliquez ici